Romeo’s Gin

On a ici affaire à un Gin que l’on catégorise entre nous comme “produit marketing”. Le Romeo’s Gin est le second produit de Nicolas Duvernois, qui s’est fait connaître avec la Pur Vodka. Bref, pas de micro-distillerie officielle à ce que l’on sache, un alcool neutre acheté probablement en Ontario et transformé quelque part. Ces commentaires ne veulent pas dire que les produits ne sont pas bons, mais quelque part, il y a beaucoup moins de mérite.

Pour en revenir à ce Gin, on est partagés. Disons que si vous aimez boire de l’eau en pichet dans lequel sont plongées des lamelles de concombre, vous devriez le trouvé bon. Par contre, on a dans l’équipe des personnes qui adorent manger du concombre, mais qui n’en supporte pas la saveur sous la forme liquide. Un peu comme la coriandre fraîche, on aime ou pas, il semblerait que ce soit génétique. En général, quand c’est savamment dosé, la saveur passe, mais un peu trop et il y a blocage. À vous de voir en fonction de vos goûts.

On va souligner que la bouteille que nous avons acheté, est la version #5 signée par l’artiste peintre québécoise Sandra Chevrier qui connaît une reconnaissance à l’échelle mondiale depuis 5-6 ans maintenant.

Puisque lancé sur le sujet, nous avons aussi testé cet été, le Romeo’s Gin Tonic qui vient sous la forme de canettes dont la première édition arborait une oeuvre graphique de l’artiste montréalais Tava. Cette fois-ci, on a été unanimes pour les 4 personnes qui l’ont essayé, on n’en achètera plus !