Cook it – Montréal

Cook it, c’est votre repas en kit… une sorte d’IKEA de la bouffe chez soi !

En fait le concept de base est tout simple, vous vous connectez sur le site web, vous choisissez les plats qui vous intéressent pour la semaine à venir, indiquez les quantités (à partir de 2 personnes par plat), vous payez et ils vous livrent votre boîte. Celle-ci contiendra tous les ingrédients nécessaires pour réaliser chaque plat commandé (à l’exception de choses comme le sel et poivre), ainsi qu’une de la recette avec les étapes à suivre. L’emballage est conçu pour garder les aliments au frais pendant plusieurs heures.

Où est l’intérêt ? Et bien disons que cela permet de s’essayer à cuisiner des choses que l’on ne fait pas habituellement par exemple. Ce qui est pratique, c’est que vous recevez les produits nécessaires dans la quantité dont vous allez avoir besoin. S’il y a un ingrédient dont vous ne vous servez jamais en temps normal, vous n’allez pas être obligé de l’acheter dans un format qui va dormir au delà de sa péremption dans un placard de votre cuisine. Un autre avantage, c’est de recevoir des aliments de qualité sans avoir à faire plusieurs magasins pour les obtenir, vous sauvez donc du temps et probablement du carburant. Cela peut également être une solution pour quelqu’un qui cuisine peu mais qui aimerait surprendre ou faire plaisir à quelqu’un d’autre. Au final, si vous ne manquez pas votre coup, vous vous retrouvez avec un plat digne d’un restaurant, mais c’est vous qui l’avez fait. C’est presque un court de cuisine dans un sens.

Le concept de base s’est étoffé, pour les consommateurs peuvent même prendre formules abonnement, mais on vous laisse découvrir tout cela par vous-même.

Pour la petite histoire, Cook-it est le fruit d’une jeune femme qui dans la première année, prenait parfois le temps d’aller livrer elle-même alors qu’elle était enceinte. Après être passée à l’émission « les Dragons », elle s’est retrouvée chapeautée par Alain Bouchard, Président-fondateur de Couche Tard. Cela l’a amenée à racheter l’un de ses compétiteurs pour grossir son réseau et aller chercher un complément d’expertise comblant certaines lacunes. Dans le même temps, les livraisons limitées jusqu’alors au grand Montréal, se sont étendues à la Province, puis à celle voisine…